Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

bgtop
top

Édito - La vieille dame et les oisillons

C’est un film court qui retrace un long parcours. Le 26 janvier 1912 naissait la Ligue française pour la protection des oiseaux lors d’une réunion de la Société nationale d’acclimatation de France. Cent ans plus tard, le centenaire de la vieille dame était célébré au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris avec plus d’une centaine d’invités, parmi lesquels l’académicien Erik Orsena et Nathalie Kosciusko Morizet, ministre de l’Ecologie, sans oublier l’équipe tonitruante de Charlie Hebdo (qui a coédité avec la LPO Du goudron et des plumes.
Février, cette année, nous donne un jour de plus pour nous retourner vers les dates qui marquèrent des avancées dans la protection de la nature comme dans le monde associatif.
Intimement lié à la LPO depuis ses débuts, le Festival de Ménigoute a vu le jour en même temps que L’Oiseau magazine. Riche de 45 000 adhérents, de 5 000 bénévoles et de 450 salariés sur l’ensemble du territoire, l’association porte les mêmes valeurs que le festival.

L’Oiseau mag a fait un p’tit ; le festival a aussi ses oisillons, incubés à l’Iffcam. A cet égard, France 3 Poitou-Charentes souhaite encourager ces jeunes talents en diffusant les 17 documentaires programmés au dernier Fifoff (comprenez le Fifo off). Le prix offert par la chaîne sera remis au lauréat à l’occasion d’une manifestation prévue le 16 mai, dans la jolie salle Romane de Ménigoute. Alors entraînez-vous pour les élections : votez utile !


Catherine Levesque



Actualités

« Je reste fasciné par l’araignée qui tisse sa toile »

Allain Bougrain-Dubourg a confié à Clémence Curlier, issue de l’Iffcam, ses impressions sur son dernier film et sur le festival de Ménigoute.

3 questions à Philippe de Grissac, président du jury 2012
« Ménigoute est un projet fédérateur et un vrai rituel d'amitié »

Vice-président de la LPO, Philippe de Grissac présidera le 28e Festival de Ménigoute. Rencontre.

• Que représente pour vous le Festival de Ménigoute ?

A chaque fois que j'arrive au festival, j'ai le sentiment de vivre un petit miracle ! Je pense à la ténacité et au travail qu'il a fallu pour mettre en œuvre ce projet dans un lieu qui ne fait pas la une des dépliants touristiques ! Voilà un bel exemple fédérateur et producteur de lien social. Et puis il y a ces moments partagés avec les amis, les rencontres, les liens qui se nouent avec les Ménigoutais qui nous hébergent… Enfin, on assiste avant tout à un fantastique festival de cinéma de films sur la Nature sans les qualités duquel tout ce qui précède ne serait tout simplement pas !

• Quelles sont vos références en termes de cinéma animalier ?
J'ai été nourri aux documentaires de Frédéric Rossif à la télévision où, subjugué, je ne soupçonnais pas que les gnous qui détalaient étaient tout simplement effrayés par l'avion qui les survolait ! Ensuite, 20 000 lieues sous les mers, Cousteau et l'épopée de la Calypso. Enfin est venu un film qui a bouleversé les codes avec bonheur : La griffe et la dent de François Bel et Gérard Vienne.
Depuis, je suis sidéré par certaines images inouïes vues à Ménigoute. Je suis très sensible à l'authenticité, au message délivré. Le film Green de Patrick Rouxel est un exemple pour un vieux militant comme moi ! Enfin, je voudrais dire combien j'admire celle qui m'a précédé comme présidente du jury, Anne Lapied. Elle et son mari nous offrent tout ce que j'aime dans le cinéma animalier en se confrontant à des conditions de tournage extrêmes.

• Vous êtes auteur de plusieurs ouvrages. Le documentaire animalier vous tente-t-il ?

J'ai seulement participé à deux documentaires présentés à Ménigoute. Les oiseaux à marée noire, réalisé par ma sœur Catherine, qui racontait la catastrophe de l'Erika autour du plus grand centre de soin aux oiseaux mazoutés que l'on avait mis en place à l'Ecole nationale vétérinaire de Nantes. L'an passé, Veilleurs du lagon, un film réalisé par Oliver Dickinson, dont j'avais conçu l'argument, organisé le tournage et les financements. Après quatre ans passés à Mayotte, l'idée de valoriser l'engagement des Mahorais pour la préservation de leur île et de son extraordinaire lagon s'imposait. Les droits de ce film ont été cédés à Mayotte et le film va être utilisé comme outil de sensibilisation auprès des collégiens et lycéens.

* Les oiseaux du sel en presqu'île guérandaise (éd. Coiffard, 30 €), Dans l'intimité des oiseaux (éd. Bordas, 37,50 €)…

Propos recueillis par Catherine Levesque.

Le bocage, champ de recherches


Lors du dernier festival, une sortie inédite a été organisée sur une exploitation agricole dans le cadre du programme de recherche « Bocage et biodiversité ». Lancée l’an passé (voir la vidéo de l’infolettre de mai 2011), cette étude sera conduite jusqu’en 2014 du sud des Deux-Sèvres jusqu’au bocage bressuirais. Dans le département, on constate que l’état du bocage, notamment des haies, influence la présence des reptiles et des amphibiens. « Nous prenons contact avec une dizaine de nouveaux agriculteurs pour poursuivre nos recherches tout en maintenant cinq exploitations de l’an passé équipées afin de recueillir des données sur le long terme », explique Pierre Grillet, herpéthologue.
En mars, le sol de leurs haies va ainsi être équipé de tapis de caoutchouc disposés tous les 30 m sur un linéaire de 100 m. Les scientifiques effectueront huit passages jusqu’en juillet pour comptabiliser les espèces présentes autour des tapis… et en dessous.
« Sur les 82 haies équipées l’an passé chez 14 exploitants, nous avons pu observer sept espèces de reptiles sur les neuf présentes dans les Deux-Sèvres, se félicite Alexandre Boissinot, ingénieur d’études au CNRS de Chizé : le lézard des murailles, le lézard vert, les couleuvres verte et jaune, à collier et d’Esculape. L’orvet n’a été vu que sur une haie et la vipère aspic sur neuf haies, ce qui suppose un certain déclin. »
Les populations de grenouilles rousses font aussi l’objet d’un suivi sur une centaine de sites de reproduction. « Pour cette espèce, les analyses des données confortent l’importance des boisements connectés à des prairies humides, précise Alexandre Boissinot. Les reptiles, quant à eux, sont très sensibles à la qualité des bandes enherbées au pied des haies, qui ne doivent être ni trop rases, ni trop denses… ».


Pour en savoir plus : www.amphibien-reptile-bocage.com

Agenda
« Fréquence Grenouille », du 1er mars au 31 mai
Plus de 400 animations sur tout le territoire français entre le 1er mars et le 31 mai par les Conservatoires d’espaces naturels et les Réserves naturelles de France.

Catherine Levesque

Brèves

Un livre DVD d’ABD !

Le film d’Allain Bougrain-Dubourg, Les quatre saisons du Marais poitevin, diffusé lors de l’inauguration du dernier Festival de Ménigoute (voir vidéo ci-dessus), est offert avec le livre éponyme, édité chez Ouest-France (10,20 €). S’il revient sur le tournage et les trois personnes filmées au fil des saisons, cet ouvrage propose également toutes les clés et contacts utiles pour partir à la découverte de ce territoire, désormais labellisé Grand Site de France et Destination européenne touristique d’excellence

La France Sauvage en DVD

Le documentaire La France Sauvage diffusé deux fois sur ARTE (le 29 janvier et le 4 février) est disponible en DVD (Gédéon Programmes). Il s’appuie sur le travail accompli pour les dix épisodes qui seront diffusés à partir du lundi 9 avril, tous les soirs, pendant deux semaines. Dans cette série de documentaires de 43 minutes, nous aurons le plaisir d’entendre les commentaires de Marc Giraud décryptant le fonctionnement de la nature et le comportement des animaux. Parmi eux, La France Sauvage – La Forêt des Vosges a reçu le Prix des Clubs Connaître et Protéger la Nature et Nature & Découvertes lors du dernier Festival de Ménigoute. Un coffret réunissant les 10 épisodes en version 52 minutes sera disponible avec quelques bonus. www.lafrancesauvage.com

Oyez, oyez !

Au sommaire du prochain numéro de L'Oiseau mag Junior, à paraîre en mars :
Dossier : La période des z’amours, Zoom sur une espèce : L’hirondelle rustique, Bricol’utile : Un nichoir pour les oiseaux, Et les rubriques habituelles : En ce moment dans la nature (enquête sur le coucou) ;  Jeux en folie ; Poster ; La nature, c’est fou ; Bricolo’fun ; Reporters en herbe ; Quoi de neuf (livres, jeux, sorties, expos...).
Et pour fêter le centenaire de la LPO, un grand concours désignera 100 gagnants ! Trimestriel pour les 7-12 ans sur abonnement (4 numéros = 24 €)

Livres & DVD


  • Les 4 saisons du Marais Poitevin - Livre & DVD
La France sauvage - DVD
  • La France Sauvage - Bluray
  • La france sauvage -Livre


Disponibles chez
FIFO-distribution


blog Retrouvez le blog du festival
sur
Mon truc en plume
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook