Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

bgtop
top

Édito - Une parenthèse médiatique ?

Année internationale des forêts

Après l’Année de la biodiversité, place à l’Année internationale des forêts ! Au fait, n’est-ce pas aussi l’Année du volontariat ? On peut légitimement s’interroger sur l’efficacité de ces « parenthèses médiatiques », pour reprendre l’expression d’Allain Bougrain Dubourg dans l’interview qu’il nous a accordée sur ce thème. Elles ont au moins le mérite d’attirer l’attention sur des questions qui ne préoccupent pas toujours des médias hypersollicités. Positivons donc, puisque la forêt est à l’honneur. Après tout, cet écosystème occupe quasiment un tiers de notre territoire. La forêt abrite 40 % des zones Natura 2000 et quelque 500 millions de personnes y déambulent chaque année.
Le 16 juin prochain, c’est donc en toute logique que les Rencontres de la biodiversité de Chizé porteront sur ce sujet. Parmi les interventions attendues, celles de l’ONF sur la réserve biologique intégrale de Chizé et la présence d’une délégation polonaise de Bialowieza.
En famille, en classe ou dans une association, vous pouvez proposer un candidat à « L’Arbre de l’année ». A partir de critères naturalistes, esthétiques ou historiques…, un jury élira un arbre par région en novembre prochain, puis un lauréat national sera retenu. Des photos – réalisées par les photographes de Terre Sauvage – des arbres lauréats et de la communauté ayant porté leur candidature seront exposées sur les grilles de l’Unesco, à Paris. Une jeune pousse de l’essence gagnante sera plantée dans le jardin de… l’Elysée ; la veinarde !

Enfin, pour ceux qui souhaitent s’impliquer plus concrètement, le WWF propose un excellent site d’information visant à diminuer l’impact de nos consommations sur les forêts. N’attendez plus pour y tester vos réflexes !

• Pour en savoir plus
Les Journalistes pour la nature et l’écologie (JNE) ont rédigé un Canard sauvage spécial « forêts ».
A lire également, le dernier numéro de Néoplanète consacré à la forêt.

Catherine Levesque



Actualités

Allain Bougrain Dubourg : « Le réchauffement climatique aura un impact conséquent sur le cortège du vivant »

Quelle portée peut avoir une Année des forêts ? Quels sont les partenariats entre l’Office national des forêts et la Ligue pour la protection des oiseaux ? Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO, répond à nos questions devant la caméra d’Aude Moreau-Gobard.

Pour en savoir plus : La Feuille et la plume, lettre d’information LPO/ONF sur la conservation de l’avifaune.

3 questions à… Daniel Vallauri*, chargé du programme « biodiversité des forêts » au WWF-France

• Quelles sont les menaces qui pèsent le plus sur la forêt française métropolitaine ?
L’impact des changements climatiques va modifier drastiquement l’état de nos forêts au cours des cinquante prochaines années. Les conséquences sur la biodiversité dépendront surtout de la capacité des forestiers à adapter leur gestion à ces changements. Des réponses techniques – plantations d’essences exotiques, par exemple – pourraient être néfastes. La meilleure solution consisterait à jouer sur la résilience de l’écosystème forestier, à opter pour une sylviculture intégrée au fonctionnement de la nature.
A plus court terme, nous sommes face à un risque de surexploitation : de vieux peuplements sont exploités ou rajeunis, on va exploiter plus là où on exploitait déjà faute de pouvoir exploiter dans certaines zones, en montagne notamment. On peut certes produire 20 millions de mètres cubes supplémentaires, comme le souhaite le gouvernement, mais quelle sera la ventilation par territoire et l'impact sur la nature ?

• La biodiversité de la forêt française est-elle suffisamment protégée ?
La France se trouve au carrefour de différentes zones biogéographiques avec des forêts alpines, méditerranéennes et de plaine d’une grande richesse naturelle. Notre responsabilité est donc très forte à l’égard de la biodiversité forestière. Qu’il s’agisse des réserves intégrales, du réseau des vieux arbres ou des sites Natura 2000, nous avons les outils pour répondre à cet enjeu, mais encore faut-il les mettre en adéquation avec les objectifs de protection d’un terrain donné. Par exemple, les « îlots de sénescence » s’avèrent plus utiles dans certaines forêts que d’autres. Autre exemple, il est bien de prévoir 5 % d’îlots préservés dans une matrice de gestion durable, mais c’est notoirement insuffisant si on intensifie l’exploitation des parcelles autour !

• Le consommateur peut-il limiter son impact sur la forêt au quotidien ?
Oui, en réduisant les gaspillages, que ce soit sur la consommation de papier ou de meubles, que l’on remplace bien plus souvent qu’avant. Plus difficile à établir, le lien entre la consommation de bœuf et la déforestation en zone tropicale, qui permet de dégager des espaces agricoles. C’est la même problématique avec l’huile de palme. Plutôt que de boycotter sa consommation, qui ira vers d’autres marchés, mieux vaut s’attacher à aider les pays et acteurs concernés à aller vers une gestion respectueuse de la biodiversité. C’est plus compliqué que le boycott, mais c’est possible. C’est le principe de la certification et de la traçabilité, qui existe déjà pour le bois avec un label comme FSC.

* Daniel Vallauri, docteur en écologie, a reçu en novembre dernier le Prix Foulon de l’Académie des Sciences pour ses travaux sur la forêt. Il a coordonné le Livre blanc sur la protection des forêts naturelles en France WWF-France (30 €).

Propos recueillis par Catherine Levesque

Un César comme un poisson dans l’eau


Trois nominations et un César. Voilà ce qu’Océans a rapporté dans ses filets lors de la 36e cérémonie des Césars, le 25 février dernier. Si les 3 812 votants potentiels n’ont pas récompensé Océans pour le son et la musique, le long métrage réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud a emporté la mise face à quatre autres documentaires, très différents. « C’est évidemment une bonne nouvelle pour la profession », se félicite Philippe Barbeau, jury du dernier Festival de Ménigoute et enseignant à l’Iffcam, qui figurait parmi les trois techniciens nommés pour le son.
Le film, sorti il y a un an, ne sera pas pour autant rediffusé en salle. En revanche, les quatre 52 minutes à destination du petit écran sont en cours de finalisation.


Catherine Levesque
photos : http://oceans-lefilm.com Tous droits réservés

Brèves

nuit de la chouette

9 ème Nuit de la Chouette

C’est samedi, le 19 mars, dans toute la France http://nuitdelachouette.lpo.fr/. Les nocturnes les plus fréquemment observés parmi les neuf espèces présentes en France sont la chouette hulotte, la chevêche d’Athéna et l’effraie des clochers. Plus occasionnellement, les hiboux moyen-duc et grand-duc, et la chouette de Tengmalm.
A signaler pour l’occasion, le Cahier technique de La Gazette des terriers sur les pelotes de réjection à prix spécial, soit 3,95 € !

Notre sélection d’ouvrages et de DVD

Océans DVD
Forêt des Landes de Gascogne : une nature secrète Livre
Si la forêt m'était comptée DVD
Guide des arbres et arbustes de France Livre
La forêt redécouverte Livre
Les brumes du Manengouba DVD

Disponibles chez FIFO-distribution


Twitter Suivez l'actualité du festival
sur
#FestivMenigoute
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook