PRÉSENTATION DU JURY 2019

 

JEAN-BAPTISTE DUMOND PRÉSIDENT DU 35ème FESTIVAL

 

Président du jury du Festival de Ménigoute en 1989, pour la 5e édition, Jean-Baptiste Dumond, ex-dirigeant du WWF France, revient au FIFO pour présider le jury de la 35e édition. Et nous livre son regard sur la biodiversité et le documentaire animalier, fort d'un parcours aux expériences multiples.
 
 
• À la fois militant, journaliste, photographe et ancien dirigeant du WWF France… Comment résumeriez-vous votre riche parcours ?

J'ai une formation d'économiste et j'ai eu plusieurs métiers industriels qui m'ont fait beaucoup voyager avant de diriger le WWF France pendant une dizaine d'années. J'ai aussi travaillé pour la télévision à travers la production de documentaires puis j'ai contribué à la mise en œuvre de la Fondation Lemarchand en 2008, dont je reste conseiller en biodiversité. Je participe par ailleurs à de nombreux comités et conseils d'administration, comme celui de la Fondation Nicolas Hulot, de l'association de la réserve naturelle de Chérine, en Brenne, ou de la Fondation Ensemble. Coauteur de plusieurs ouvrages, je pratique la photo animalière depuis l'âge de 20 ans et j'ai présidé pendant une dizaine d'années l'Association sportive de la chasse photographique française.
 
• Vous animez notamment le site web "www.faunesauvage.fr"…

C'est à partir d'une idée d'un ami retrouvé il y a cinq ans que nous avons créé ce portail. Nous l'alimentons tous les deux d'informations sur la vie sauvage, la photo animalière, les parutions en lien avec la nature, les associations, les acteurs de la protection de l'environnement… Il y a aussi une rubrique pour les enfants. Bref, 8 000 articles en rapport avec la nature et la faune sauvage. J'y consacre en moyenne une bonne journée et demie par semaine ! Et nous avons enregistré 500 000 entrées sur un an.
 
• Quel regard portez-vous sur le Festival de Ménigoute ?

Il y a trente ans, je présidais le jury aux côtés de Paul Géroudet. Ce sont donc d'excellents souvenirs. J'y suis retournée une journée il y a quelques années et j'apprécie beaucoup l'unité de lieu, qui facilite les rencontres. On fait tout à pied dans le village. Je me réjouis de m'y imprégner totalement à l'automne prochain. Et "l'image qui bouge", ça change de mes activités photo !
 
• Comment appréhendez-vous votre rôle en tant que président du jury ?

J'ai participé à des documentaires sur les expéditions de La Pérouse, sur les 30 ans du Conservatoire du littoral, sur les expéditions sur la canopée guyanaise de Francis Hallé avec le Radeau des cimes. J'en regarde énormément et je suis très cinéphile par ailleurs, donc j'ai un regard affûté sur la construction des films. Dans la baseline du site "faunesauvage.fr" que j'anime, il y a "admirer". Je considère qu'on ne peut pas bien protéger sans s'émerveiller. La dimension esthétique d'un film est importante. Parmi mes références, il y a François Bel, que j'ai bien connu, et dont les films étaient pionniers. J'ai passé des heures également à regarder les films de Laurent Charbonnier. J'ai aussi rencontré plusieurs fois l'académicien Pierre Moinot, l'auteur du superbe Guetteur d'ombres, qui a écrit L'Arche et les déluges. Il a d'ailleurs préfacé mon livre coécrit sur le chevreuil. Sans oublier mon film culte, La Belle et la bête, de Jean Cocteau.
Je vais discuter avec chacun des membres du jury pour que l'on soit en phase sur la grille de lecture des films. Mais il est clair que les priorités à mes yeux sont l'esthétique et le scénario. Il faut une histoire, a minima un fil rouge. Je regrette que certains photographes animaliers se focalisent sur les portraits sans prendre en compte le milieu naturel. J'espère partager ce point de vue avec le jury. Enfin, je suis attentif à l'émergence de jeunes talents. Il est important qu'un festival valorise les jeunes qui ont une démarche originale. C'est pourquoi il faut saluer l'existence d'une école comme l'Iffcam.
 
• Quel est votre point de vue sur la crise écologique actuelle ?

Je navigue entre pessimisme et optimisme. Quand je considère les choses depuis Paris, où je vis, je suis sceptique… Quand je vais sur le terrain, via les associations et fondations et leurs animateurs pour lesquelles j'interviens, je reprends confiance. Notamment avec le récent projet de Francis Hallé,  "Pour une forêt primaire", qui milite pour l'acquisition d'un espace transfrontalier de 60 000 ha en Europe, où l'on réintroduirait un grand herbivore comme le bison, puis l'on cesserait d'intervenir. Il faudrait alors 800 ans pour retrouver l'état primaire ! Formidable utopie dont nous avons besoin. L'homme a fait d'importants pas en avant, mais aux dépens des ressources naturelles. La nature pourrait continuer sans nous, mais il faut aller vite pour trouver un nouvel équilibre, nous y reconnecter en nous appuyant, entre autres, sur la pensée de François Terrasson. Davantage que la photo peut-être, le film peut faire passer ce type de message. J'attends aussi des documentaires de ce festival qu'ils proposent des idées, des solutions, et qu'on sorte des constats négatifs. On reste certes toujours dans la "part du colibri", mais petit à petit, on va finir par y arriver ! Il faut y croire !
 
Propos recueillis par Catherine Levesque.

 

Daniel
Auclair

Réalisateur

Daniel Auclair, dès son plus jeune âge, suit ses parents naturalistes lors de champêtres déambulations. Il acquiert ainsi une expérience de terrain, doublée d’une initiation paternelle à la photographie. Il passe tout naturellement de la photo à la vidéo car l’avènement de l’ordinateur lui permet de réaliser le montage de premiers documentaires.

Denis Landenbergue

Spécialiste de la protection des milieux aquatiques

Ornithologue passionné, il s’est engagé avec succès pour de nombreux projets : premiers radeaux à sternes de Suisse romande, restauration d’une zone alluviale riveraine du Rhône genevois et - comme chargé de programme du WWF International - classement global de plus de 100 millions d’hectares de zones humides sous la Convention de Ramsar. Aujourd’hui il dirige Pro Pandion.

Yann Libessart

Représentant la LPO

Yann Libessart a travaillé dans l’action humanitaire pendant près de 15 ans avec les organisations Médecins sans Frontières et Action contre la Faim. Biologiste, journaliste et photographe, il a également dirigé la base scientifique des îles Kerguelen, dans les Terres australes et antarctiques françaises.

Aude Moreau-Gobard

Réalisatrice

Issue de la toute première promotion de l’IFFCAM, Aude a écrit et réalisé plusieurs documentaires et séries sur ses thèmes de prédilection que sont la nature et l’environnement. Du film à petit budget, aux grosses productions, elle s’essaye à différents postes et se plaît à explorer le paysage audiovisuel français.

Pierre Pretou

Enseignant chercheur

Enseignant chercheur en histoire à l’Université de La Rochelle, Il enseigne l’analyse et le traitement de l’image. Pierre Pretou est également chercheur au laboratoire LIENSs (Littoral, environnement sociétés) et auteur de plusieurs ouvrages, en particulier sur l’iconographie historique.

Emmanuelle
Vega

Représentante CPN

Consultante en stratégie éditoriale, elle met ses compétences au service des acteurs de la conservation et de la préservation de la biodiversité. Membre du club CPN (Connaître et Protéger la Nature).

 

Sally
Zalewski

Auteure

Sally Zalewski, Docteur en écologie, a travaillé pour les Nations Unies à Rome, pour le WWF à Paris et a été consultante pour le WWF International et d’autres organismes internationaux. Elle a réalisé des études sur les populations rurales et les parcs nationaux d’Afrique de l’Ouest et a effectué des missions sur le terrain au Sénégal, au Gabon, au Zaïre et en Mongolie. E lle est Vice-Présidente de l’Association Takh (pour la réintroductio n du Cheval de Przewalski en Mongolie).

Le jury jeune regard

Le jury constitué d’étudiants de l’Iffcam attribue

le Prix Région Nouvelle-Aquitaine de la créativité et le Prix Crédit Agricole.