Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

bgtop
top

Édito - À l’horizontale

illustration de laurent zagni

Ce n’est plus du off : un film du Fiffof a été récompensé par France 3 à l’Iffcam*. Ce qui, avec un décodeur, nous donne : un film d’étudiant présenté au public en marge de la programmation officielle du dernier Festival de Ménigoute s’est vu remettre un prix par France 3 Poitou-Charentes, le 16 mai dernier. « Lors du dernier festival, nos étudiants ont reçu le soutien de la chaîne de télévision publique, qui a diffusé les films réalisés en 2011 sur son site Internet, se félicite Dominique Brouard, directeur de l’Iffcam et fondateur du festival. Le film de la promo 2011, Des grenouilles sur le toit, a par ailleurs été diffusé sur France 3 au niveau national et régional. »
Il suffisait d’un simple clic pour choisir parmi une quinzaine de documentaires. L’opération a été couronnée de succès puisque chaque film en compétition a été vu environ 800 fois ! L’heureuse élue, Marion Petit, a raflé la mise avec un film d’une dizaine de minutes au titre énigmatique, La Troupe brésilienne, tourné dans la… Vienne. En y voyant des capucins à l’horizontale, à la verticale, on comprend bien vite qu’il s’agit de La Vallée des singes, où la réalisatrice s’est prise d’affection pour cette petite bande de primates agiles et facétieux. Le propos est simple et le message passe bien malgré un format court : il ne reste que trois ou quatre mille de ces attachantes bestioles, dans la forêt atlantique du Brésil. Le parc zoologique a donc mis en place un conservatoire en vue d’en réintroduire, si les espaces agricoles ne dévorent pas la forêt entre temps…

Le Brésil, justement, sera sous les feux des médias du 20 au 22 juin avec le sommet Rio +20. Vingt ans après le Sommet de la Terre, cette rencontre rassemblera des chefs d’Etats, des ministres, des maires et des élus locaux du monde entier qui échangeront et s’engageront (peut-être) sur des solutions aux défis écologiques et sociaux du moment. Un peu comme le Fifoff à Ménigoute, il y a une conférence parallèle, le Sommet des peuples, du 15 au 23 juin. Un site s’est ouvert pour que les citoyens expriment leurs idées. C’est ce qu’on appelle le pouvoir horizontal, à l’image des capucins de Marion Petit, qu’on aimerait voir évoluer sans peine dans leur forêt originelle, loin de Rio.

* Institut de formation au cinéma animalier de Ménigoute

flechePendant le Sommet de Rio, les Journalistes-Ecrivains pour la nature et l’écologie (JNE) présents sur place diffuseront leurs articles sur le site de l’association : http://jne-asso.org

Catherine Levesque



Actualités

D’après nature

Une participation à un atelier d’illustration nature au Festival de Ménigoute peut être l’esquisse d’une vocation. Dedans ou dehors, selon les caprices de la météo, débutants et amateurs confirmés crayonnent et griffonnent sous le regard bienveillant de l’illustrateur belge Jean-Marie Winants.


100 ans de la LPO : le film

La première image survole Rouzic, l’une des Sept-Iles, celle qui abrite l’unique colonie de fous de Bassan en France, au large de Perros-Guirec. C’est dans ce bourg coquet de la côte de Granit rose que la LPO a diffusé le film de son centenaire en ouverture de son 29e congrès, le 2 juin dernier. Un retour aux sources comme un retour en arrière puisque l’association y a mené sa première bataille, en 1912. À la faveur des Chemins de fer de l’Ouest, les chasseurs affluaient alors sur la côte pour y massacrer les macareux moines, en témoignent les images d’archives. « J’ai visionné des centaines d’heures avec les archivistes de l’Institut national de l’audiovisuel, explique Allain Bougrain Dubourg, réalisateur de ce film de 52 minutes. Le montage est forcément un sacrifice et j’ai dû retenir les plus signifiantes. » Par exemple, la lutte contre le commerce des plumes, l’avènement des loisirs de pleine nature, les premiers chantiers de baguage à Ouessant ou l’installation de mangeoires à Paris… Il y a aussi les images qui se suivent et se ressemblent : celles des marées noires du Torrey Canyon, de l’Amoco Cadiz ou de l’Erika… Les beaux souvenirs, comme la réintroduction des vautours dans les Cévennes, et les combats contre les braconnages de tout poil aux côtés de Bardot, Marceau ou Monod.
« Il y a une constante qui m’a impressionné chez tous les acteurs rencontrés, c’est la consternation devant les agressions faites à la nature, la détermination à se battre et la satisfaction à remporter des victoires, car nous en avons remporté, poursuit le président de la LPO. Il a fallu vingt ans pour endiguer le massacre des tourterelles des bois, onze ans pour qu’on reconnaisse le préjudice de l’Erika, même s’il est aujourd’hui remis en cause… »

Ce film, qui sera diffusé lors de la soirée spéciale du 28e Festival de Ménigoute, le mardi 30 octobre, à 21 h, tourne actuellement en région, où il est suivi de débats. « En le visionnant lors du congrès, nous avons ressenti une grande fierté et une grande émotion, car nous vivons nos engagements au quotidien, sans recul. Il y a des choses que nous n’avons pas comprises en leur temps, comme l’impact qu’aurait le remembrement sur la biodiversité, par exemple. Il y a 35 ans, nous avions 3 000 membres et moins de dix salariés. Aujourd’hui, la LPO s’est professionnalisée autour de 500 salariés tout en gardant la foi et le sentiment d’appartenir à une grande famille. »

flecheUne version du film en 13 minutes est visible sur le site du Centenaire de la LPO

Catherine Levesque.
Leica : l’observation décisive

Non, il ne s’agit pas d’un publireportage ! Mais personne ne pourra contester que Leica est aux jumelles ce que Roll’s Royce est à la voiture. Réputée pour la fiabilité et la robustesse de ses produits, la marque légendaire fabriqua d’ailleurs des jumelles avant d’équiper des pointures comme Henri Cartier-Bresson en appareils photo, dignes pourvoyeurs de ses “ instants décisifs ”. « Nous avons commencé par les microscopes, en 1850, les premières paires de jumelles ont été commercialisées en 1907 et le premier boîtier en 1923 », explique Laurent Pidancet, responsable marketing et promotions produits chez Leica. Devenu mythique, ce dernier s’est vendu récemment à 2 millions d’euros !
Fidèle exposant au Festival de Ménigoute depuis le début, le fabricant allemand tient sa renommée de la qualité optique et de la précision mécanique de ses produits. « Nous sommes connus pour aller aux confins du techniquement réalisable à l’instant T sans concession au prix et aux contraintes de fabrication, et ce avec des matériaux nobles », poursuit Laurent Pidancet. En termes d’expertise optique, de nombreuses évolutions techniques sont sorties des laboratoires de recherche Leica. On peut citer la mise au point interne, qui a permis l’étanchéité totale, les premières lentilles asphériques en série, qui équipent aujourd’hui toutes nos jumelles, les traitements multicouches sur les lentilles et prismes… »
Réalisées avec des verres à très haute densité, les optiques offrent des images contrastées, aux couleurs extrêmement fidèles. Et ce ne sont pas les heureux bénéficiaires du Prix du Jury du Festival de Ménigoute, accompagné d’une dotation en matériel Leica, qui diront le contraire ! La moitié des acquéreurs de jumelles et de lunettes Leica sont d’ailleurs des naturalistes.

Cette année, Leica est aussi partenaire du Centenaire de la Ligue pour la protection des oiseaux, à laquelle elle apporte son soutien matériel et humain lors d’une douzaine d’évènements (mise à disposition, notamment, de 10 lunettes terrestres Apo-Televid et de 10 paires de jumelles Ultravid HD). La marque reversera en outre à l’association 5 % sur ses ventes de jumelles et de lunettes terrestres en France sur le secteur nature et ornithologie.

"comme le répète régulièrement Dominique BROUARD, à quelques semaines de Noël, le Festival de Ménigoute tombe à point pour faire plaisir à ceux qu'on aime, il suffit de s'arrêter au stand LEICA..."

Catherine Levesque

Brèves

Abeilles, semences et biodiversité

À l’appel de nombreuses organisations nationales et locales, les états généraux « Abeilles, semences et biodiversité » se dérouleront à Poitiers les 23 et 24 juin. Outre deux conférences (une sur la biodiversité, une sur Rio +20), des expositions, stands et un marché de producteurs, des ateliers thématiques sont programmés durant ces deux jours, qui s’achèveront par le lancement de l’Appel de Poitiers : Abeilles, oiseaux, pesticides, OGM et abeilles, Semences paysannes, Brevets et appropriation du vivant… Inscription gratuite.
semonslabiodiversite.com


Concours photo du Fifo : 4e édition !

Un concours photo est ouvert à tous à l’occasion du 28e Festival international du film ornithologique de Ménigoute. Le thème ? La rivière et les étangs. Catégorie 1 : paysages (étangs, lacs, rivières). Catégorie 2 : oiseaux. Catégorie 3 : mammifères. Catégorie 4 : autre faune (insectes, amphibiens, libellules…). Catégorie 5 : flore et végétaux. Le premier prix gagnera un séjour en Grèce offert par Le Courrier de l’Ouest. Règlement sur :  http://www.menigoute-festival.org/lefestival/concours-photo

 

Paparazzi des demoiselles

nef2



À la une d’Image & Nature,  douze pages pour apprendre à photographier les libellules, un itinéraire photo dans la réserve des Marais du Vigueirat, un zoom sur le macareux et les paons de nuit, un comparatif de 6 GPS pour la rando et bien d’autres rubriques. La photographie grandeur nature ! N° 52, en kiosque (5 €).


Livres & DVD



  • L'étrange silence des abeilles
  • Le rucher pas à pas
  • Disparition des abeilles, la fin d’un mystère
  • Un siècle pour les oiseaux
  • Du goudron et des plumes
  • Artisans du changement (saison 1)

Disponibles chez
FIFO-distribution


blog Retrouvez le blog du festival
sur
Mon truc en plume
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook