Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

bgtop
top

Édito - Une chose toute bête

Si vous lisez ceci c'est que le plug-in flash n'est pas installé sur votre ordinateur, telechargez le sur le site d'adobe.fr

2012 est une année cruciale que l’équipe du festival vous souhaite belle, sereine et riche en émerveillements naturalistes. Année cruciale car électorale, avec les enjeux écologiques que cela comporte, mais aussi parce que nous célébrons les 100 ans de la LPO , événement majeur s’il en est dans le paysage associatif français. Partenaire historique du Festival de Ménigoute, la LPO proposera toute l’année des festivités, avec un coup d’envoi officiel le 26 janvier, au Muséum d’Histoire naturelle, à Paris. La 28e édition du Festival de Ménigoute aura sans nul doute une saveur particulière grâce à cet anniversaire, sans compter que, localement, le Groupe ornithologique des Deux-Sèvres fête pour sa part 30 ans d’engagement (voir ci-dessous). C’est l’occasion de mesurer les avancées réalisées, quand d’aucuns nous reprochent de ne pas suffisamment considérer les acquis.
Mais la vigilance s’impose ! En cette année de présidentielles, nous garderons un œil affûté sur les programmes des principaux candidats. Il n’est évidemment pas question de faire de la politique politicienne, mais d’attirer l’attention sur les engagements pour la protection de la nature qui fondent nos valeurs et motivent nos troupes. De son côté, France Nature Environnement a lancé « L’appel des 3 000 » en faveur d’un « contrat environnemental », tandis que la LPO défend dans son « manifeste » trente propositions pour la biodiversité.

Pour l’heure, gardons à l’esprit une chose toute bête : la nature est une source de joie indifférente au triple A.

 

Catherine Levesque



Actualités

« Une sensation d'éternité »

Lauréat du Prix « Jeunes regards » au 27e Festival de Ménigoute, en novembre dernier, Laurent Joffrion a confié à deux étudiants de l'Iffcam la genèse de son film Nordic Variations, Mission Dovrefjell, sur le photographe Vincent Munier. Un film court et intense de neige et de simplicité, aussi épuré que ses clichés.

Le DVD de Nordic Variations

28e Festival : la photo à l'honneur

photosC’est un peu comme Laurel & Hardy, Souchon & Voulzy, le monde de la photo écolo a son duo aussi : Hellio & Van Ingen, une marque 100 % Brenne* depuis bientôt trente ans. Qui est l’un, qui est l’autre ? On ne le sait pas toujours ! Ce 28e festival sera l’occasion de réviser leurs prénoms. Invités d’honneur du Salon des artistes animaliers, ils en illustreront l’affiche, encore tenue secrète, et nous proposeront une belle expo sur l’eau issue de l’ouvrage Itinéraire d’une goutte d’eau (texte de Fabrice Nicolino), paru en mai dernier aux éditions Plume de Carotte. « Comme dans le livre, il y aura de grandes photos et des mosaïques d’images », précise Nicolas Van Ingen, qui projette par ailleurs l’installation de bornes audio avec Fernand Deroussen, audionaturaliste chez Nahsvert Naturophonia. A défaut de boire de l’eau à Ménigoute (!), on pourra donc la voir… et l’entendre.

Sur le site de la Grimaudière, désormais célèbre pour le Festival off des jeunes Iffcamiens, le conseil général des Deux-Sèvres prévoit pour sa part une exposition réalisée avec les photographes naturalistes du département.

Enfin, le concours photo du festival sera renouvelé. « Nous n’avons pas encore défini le thème de cette 4e édition, note Jean-Jacques Fouquet, journaliste au Courrier de l’Ouest. Le but recherché a été atteint l’an passé, où nous avons gagné en qualité avec le thème sur la forêt. Nous avions eu moitié plus de participants en 2010 sur le thème des oiseaux, mais la qualité moyenne était relative. Ce concours est bien doté et devrait se hisser au rang des grands concours photos naturalistes. »

Vient de paraître : La Brenne saisie au vol (texte de Thierry Chareyre, 20 €).

Catherine Levesque

Groupe ornithologique des Deux-Sèvres : 30 ans, l'heure du bilan


Parmi les neuf membres fondateurs, ils étaient quelques-uns à célébrer les 30 ans du Groupe ornithologique des Deux-Sèvres (GODS), le 7 janvier dernier, dans la salle des fêtes de Viennay. Michel Fouquet, membre permanent du jury de Ménigoute, était de ceux-là. Sur place, une banderole des années 1980 rappelait le combat mené par le GODS contre le braconnage de la tourterelle des bois. « Nous militions à l’époque avec peu de moyens, se souvient Gustave Talbot, président du groupe depuis 2005, mais nous étions déjà polyvalents, entre les observations de terrain, les interventions dans les écoles, les participations aux commissions officielles des sites, des remembrements, les soins aux oiseaux blessés… »
Moment fort de l’association : l’embauche du premier salarié en 1995. Trois ans plus tard, l’association gère des contrats territoriaux d’exploitation et se voit bientôt confier le suivi de sites Natura 2000. « Nous avons quatre documents d’objectif en charge, se félicite Gustave Talbot, et nous participons au comité de pilotage de sept autres, notamment sur les oiseaux de plaine, la forêt de Chizé, les chauves-souris… »

Une association en pleine santé !

Forte d’une dizaine de salariés et de 200 adhérents, l’association partage aujourd’hui les mêmes locaux que Deux-Sèvres Nature Environnement, à Niort. Après une réorganisation drastique entre 2006 et 2008, la bonne santé du GODS lui permet de travailler aux côtés des collectivités pour des études sur le patrimoine avifaunistique. « Nous réalisons une centaine d’actions par an, qu’il s’agisse de sensibilisation auprès des écoles, du grand public, d’études à caractère scientifique sur les hivernants, les hirondelles, les oiseaux des bois ou encore les outardes canepetière… Nous sommes aussi opérateurs sur des mesures agroenvironnementales et tenons à jour nos observations au quotidien, en ligne, grâce au réseau Biolovision. » Avec 261 contributeurs, le GODS peut ainsi se targuer d’enregistrer 10 000 observations par mois. Et comme l’ostracisme n’est pas de mise, le site collaboratif a été élargi aux mammifères, aux insectes… et même à ceux qui ne volent pas !
Le site du GODS     Le site collaboratif de données naturalistes

Catherine Levesque

Brèves

Les Sept-Iles menacées ?

Un projet d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion menace la pêche, le tourisme et la réserve naturelle des Sept-Iles (Côtes-d’Armor). Un collectif baptisé « Le Peuple des dunes en Trégor » s’est constitué pour s’opposer à cette perspective, qui vise l’extraction de 8 millions de mètres cubes de sable en vingt ans par 40 m de fond. Et ce à moins d’un kilomètre de deux zones Natura 2000, dont la réserve des Sept-Iles, qui abrite l’unique colonie de fous de Bassan en France.

Vous pouvez signer la pétition en ligne sur le site du collectif

La « forêt des pluies » grandit

Le Fifo 2010 avait eu le privilège d’une avant-première : le réalisateur Luc Jacquet et le botaniste Francis Hallé avaient présenté un projet de film qui, depuis, a grandi : C’était la forêt des pluies. Ce film ambitieux sortira si tout va bien en salle en mai 2013. En attendant, on peut s’immerger dans le repérage effectué par l’équipe en novembre et décembre derniers dans une forêt primaire du Gabon. Le carnet de tournage est en ligne sur : http://laforetdespluies.20minutes-blogs.fr/

Livres & DVD

La sélection Fifo-Distribution

Itinéraire d'une goutte d'eau
La brenne saisie au vol
Nordic Variations
Paysages habités, petite anthologie de litté-nature


blog Retrouvez le blog du festival
sur
Mon truc en plume
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook