Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

Édito


L'affiche du 26e Festival
25 ans après, un nouveau look s'imposait pour l'affiche du festival. La version 2010 a recueilli l'adhésion du plus grand nombre. Autre initiative plébiscitée par l'ensemble des festivaliers, le Prix Paul Géroudet attribué au meilleur film ornithologique, créé – qu'ils en soient encore une fois chaleureusement remerciés – par la revue Nos oiseaux, associée à Asters - Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie et à l'association Vautours en Baronnies. Cette même année, le prix offert par le Crédit Agricole est devenu le « Prix Jeunes Regards » décerné par un jury composé d'étudiants de l'Institut de Formation au Cinéma Animalier (IFFCAM).

Et pour le 27e Festival, nous persévérerons dans cet élan en espérant qu'il soit à la hauteur de vos attentes ! Nous pouvons pour cela compter sur nos partenaires fidèles et, pourquoi pas, voir en émerger de nouveaux ? L'appel est lancé. Qu'on se le dise !

L'Année internationale de la Forêt succède à l'Année internationale de la Biodiversité... Qu'importe l'intitulé ! Où qu'elle se trouve, la Nature est source d'émerveillement. A nous de l'admirer et de la protéger...

Santé, prospérité, bonheur à tous. Au plaisir de vous retrouver à Ménigoute pour partager un 27e Festival !

Didier Guilbard, président de Mainate, Festival international du film ornithologique


Actualités

Yves Zabardi : « Nous faisons confiance au milieu pour voir les oiseaux ! »

Il y a un lien évident entre Jean-Michel Bertrand et les fondateurs de Rando-Oiseaux, Christine Barteï et Yves Zabardi. Ces derniers participent au comptage des aigles royaux dans le Briançonnais et ils montrent volontiers le film de Jean-Michel Bertrand dans leur salon cosy quand la météo interdit toute sortie. Ce couple de montagnards - lui a été guide de haute montagne pendant vingt ans et elle est accompagnatrice en montagne - a vu germer sa fibre naturaliste en pratiquant la randonnée pédestre dans les Alpes.

De là est née leur structure artisanale, Rando Oiseaux, qui présente ses alléchants voyages ornitho sur un stand, à Ménigoute. « Nous essayons de montrer à nos clients le maximum d'espèces, mais pas au prix de comportements inacceptables, assure Yves Zabardi. La longue-vue est notre moyen de rapprochement pour profiter d'attitudes naturelles, sans stress. Nous ne pratiquons jamais la repasse et proscrivons les imitations ou appeaux en toute saison. Nous n'employons pas de projecteur pour débusquer les nocturnes et évitons toujours la pénétration physique de milieux sensibles. Au Sénégal, il m'est arrivé de brider un guide pour ne pas qu'il lève un oiseau. »

Correspondants du groupe LPO Briançonnais, Christine Barteï et Yves Zabardi poussent plus loin cette déontologie en limitant les trajets automobiles à 10 % du temps global du séjour. « Nous proscrivons le cabotage automobile qui va de spot en spot ! », sourit Yves Zabardi. « Nous empruntons les chemins, mais jamais à l'aurore ni au crépuscule. Dans le cadre du plan de gestion de la réserve biologique du bois des Ayes, nous nous sommes montrés favorables au fait de ne pas y pénétrer, en dehors des chemins autorisés, du 1er décembre au 15 août. » Quant à Christine, elle met un point d'honneur à préparer de succulents paniers pique-nique à base de produits locaux et de saison !
Catherine Levesque
Groupe Tétras Vosges : une expérience au long cours

Aussi étrange que cela puisse paraître, le grand tétras n'est pas protégé en France. Pis, on continue à le chasser dans les Pyrénées. Dans les Vosges, le tir a été stoppé vers 1974 .A la fin des années 1970, des naturalistes constituent le Groupe Tétras-Vosges pour assurer le suivi de l'espèce : « A la même période, nous avons sollicité l'Office national des forêts pour instaurer une gestion plus adaptée aux exigences du grand tétras », se souvient Michel Munier, photographe et militant. Oiseau piéteur, ce gros gallinacé a en effet besoin d'espaces dégagés, sous de vieux peuplements, de tourbières, de clairières... « Or, la régénération par plantations artificielles d'épicéas, après-guerre, couplée à la création de pistes de ski alpin, lui a porté un coup de grâce. L'hiver, cette espèce se nourrit d'aiguilles de conifères peu énergétiques. Elle est donc très sensible aux dérangements. »

Au début des années 1980, la formation d'une mission conjointe ONF/ONCFS permet de mettre en place des actions sylvicoles favorables à l'espèce. « Notre groupe étant de plus en plus structuré, nous sommes parvenus à maintenir les populations à partir des années 2000, notamment via l'acquisition de terrains par le Conservatoire des sites lorrains. Avec l'aide de la région Lorraine, l'obtention d'un LIFE tétras en 2010 a entraîné une meilleure écoute des acteurs des loisirs et de la chasse sur ce sujet. »

Sur trois zones, soit 6 000 hectares, des chemins de randonnée, de VTT et des routes forestières ont été détournés. Un espace de 150 hectares, sous surveillance, a même été totalement interdit d'accès. « La population de grand tétras s'est stabilisée à une centaine d'individus et certains élus acceptent désormais de travailler avec nous », se félicite Michel Munier.
Catherine Levesque
Deux-Sèvres : un Comité départemental pour la biodiversité

Après le Pôle international de la biodiversité, le département des Deux-Sèvres se dote d'un nouvel outil de gouvernance.

Lancé au Festival de Ménigoute le 29 octobre dernier, par Eric Gautier, Président du Conseil Général, en présence de Ségolène Royal, de Geneviève Perrin-Gaillard, députée-maire de Niort, et du botaniste Francis Hallé, ce Comité de la biodiversité conforte la volonté politique du département en la matière. « Le Pôle international de la biodiversité vise la diffusion des connaissances, la gestion des milieux et la conservation des espèces », rappelle Dominique Brouard directeur de l'IFFCAM. « Le conseil général intervient ainsi pour la sauvegarde de trois espèces menacée : l'outarde canepetière, la cistude d'Europe et, depuis peu, le vison d'Europe, qui font l'objet d'élevages à des fins de réintroductions. »

Le Comité pour la biodiversité permettra quant à lui des échanges entre tous les acteurs impliqués dans ce domaine : collectivités, associations, chercheurs... Parallèlement à cet outil de consultation et de propositions, un comité scientifique présidé par Vincent Bretagnolle, directeur du Centre d'études biologiques de Chizé, validera l'ensemble des programmes initiés dans ce cadre.
Catherine Levesque

Brèves

Coup de chapeau...

... à la Fondation Petzl, qui soutient financièrement l'association des anciens élèves, élèves et amis de l'IFFCAM, et assiste le Conservatoire d'Espaces naturels de Haute-Savoie (Asters) pour la réalisation de vidéos axées sur l'enjeu de la préservation du gypaète barbu.

Livres & DVD

DVD :
  • La marmotte sentinelle des montagnes
  • L'isard au rythme des Pyrénées
  • Vivre en montagne, s'adapter ou disparaitre
  • Trois cents jours dans la montagne

Livres :
  • Randonner responsable
  • Le chamois
  • Les Montagnes de Balé
  • Clair de brume, regards sur les Vosges
Twitter Suivez l'actualité du festival
sur
#FestivMenigoute
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook