Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

Édito - Mon beau sapin...

Noël est une période propice pour se lover dans le canapé, devant un feu de cheminée, et regarder un documentaire animalier en DVD... Ces derniers temps, même en plaine et en Ile-de-France, il neige presque autant que dans le dernier film des Lapied. Certes, il va falloir lutter contre les concurrents virtuels que sont Shrek, Stuart Little et Kirikou. Même pour les fêtes, les chaînes hertziennes n'accordent qu'une faible place aux films animaliers. Les enfants pourront tout de même voir en « prime time » la fable animalière de Luc Jacquet (Le Renard et l'enfant), à l'honneur dans cette dernière newsletter.

L'Année internationale de la biodiversité s'achève avec le faible espoir de Nagoya et l'on basculera bientôt dans l'Année internationale de la forêt, lancée officiellement le 24 janvier. La forêt, thème du prochain long métrage de Luc Jacquet, justement. Selon l'Onu les activités économiques relatives aux forêts ont une incidence sur l'existence de 1,6 milliard de personnes au plan mondial et jouent un rôle primordial en atténuant les répercussions des changements climatiques. Productivité, biodiversité. Qui va gagner ?

Catherine Levesque


Actualités

Retour sur le Festival « C'était la forêt des pluies »

Ce fut l’une des bonnes surprises du dernier Festival : une avant-première et une conférence non programmées autour de deux personnalités, et pas des moindres. Luc Jacquet, réalisateur de La Marche des empereurs, et Francis Hallé, botaniste à l'origine du Radeau des cimes. « Cette intervention était improvisée en ce sens où la pellicule était à peine sèche !, raconte Luc Jacquet. Le festival nous a accueillis au débotté, au sortir du banc de montage. »

L'auditoire a ainsi eu le privilège de découvrir huit minutes de prologue d'un film patrimonial actuellement en tournage, et provisoirement intitulé C'était la forêt des pluies. « Ce projet découle d'une autre branche de mon activité, à travers l'association Wild Touch. De nombreux porteurs de programmes de conservation me demandaient de soutenir leurs actions par un film. J'ai créé Wild Touch pour faire naître des liens entre le monde de l'image et la protection de l'environnement, en particulier pour les sujets commercialement non "rentables". En l'occurrence, ce film incarne le témoignage sensible et érudit de Francis Hallé sur les dernières forêts primitives recensées à travers le monde. C'est malheureusement une démarche de sanctuarisation et d'archivage, leur disparition à court terme étant presque avérée. »

Si ces premières images ont été tournées dans la forêt guyanaise, l'ambition de l'équipe est de tourner également en Afrique, en Asie et en Indonésie. « C'est un monde en soi qui m'inspire terriblement », confie Luc Jacquet, qui espère une sortie en salle fin 2011, dans le cadre de l'Année mondiale de la forêt.
Catherine Levesque
Luc Jacquet : « Il faut réinventer le documentaire animalier »

Il y a quelque chose du pèlerinage dans le Festival de Ménigoute, selon Luc Jacquet. « C'est une communauté de convaincus, qui viennent et qui reviennent. Ce n'est pas si commun pour un réalisateur de rencontrer le cœur de son public. » Il y a deux ans, Luc Jacquet était le président du jury du Festival. « Je n'ai pas encore vu le Lirou d'Or 2010 (Voyage au bout de l'hiver, d’Anne & Erik Lapied, NDLR), mais je serais ravi de le visionner », note le réalisateur de La Marche de l'empereur.

Peu optimiste quant à la production de films animaliers, Luc Jacquet insiste sur la nécessité « de réinventer le genre, qui a longtemps vécu sur une rente de situation ». Beaucoup de candidats et peu d'élus, telle est la dure loi du marché. « En cette période de repli sur soi, l'inventivité n'est pas de mise et l'on manque de moyens financiers, constate-t-il amèrement. On ressent cela très fort dans la production, aujourd'hui. » Dans un tel contexte, difficile de voir émerger de jeunes talents, lesquels doivent se contenter de rôles d'assistanat. De formation scientifique et passionné d'Antarctique, Luc Jacquet fut d'abord cameraman sur du film du Suisse H.U. Schlumpf, Le Congrès des pingouins. Apprentis iffcamiens, tous les espoirs sont permis...
Catherine Levesque
Deux-Sèvres : un Comité départemental pour la biodiversité

Après le Pôle international de la biodiversité, le département des Deux-Sèvres se dote d'un nouvel outil de gouvernance.

Lancé au Festival de Ménigoute le 29 octobre dernier, par Eric Gautier, Président du Conseil Général, en présence de Ségolène Royal, de Geneviève Perrin-Gaillard, députée-maire de Niort, et du botaniste Francis Hallé, ce Comité de la biodiversité conforte la volonté politique du département en la matière. « Le Pôle international de la biodiversité vise la diffusion des connaissances, la gestion des milieux et la conservation des espèces », rappelle Dominique Brouard directeur de l'IFFCAM. « Le conseil général intervient ainsi pour la sauvegarde de trois espèces menacée : l'outarde canepetière, la cistude d'Europe et, depuis peu, le vison d'Europe, qui font l'objet d'élevages à des fins de réintroductions. »

Le Comité pour la biodiversité permettra quant à lui des échanges entre tous les acteurs impliqués dans ce domaine : collectivités, associations, chercheurs... Parallèlement à cet outil de consultation et de propositions, un comité scientifique présidé par Vincent Bretagnolle, directeur du Centre d'études biologiques de Chizé, validera l'ensemble des programmes initiés dans ce cadre.
Catherine Levesque

Brèves

Au coeur de la forêt de Chizé

Vitrine du dispositif Pôle international de la biodiversité, Zoodyssée est implanté au cœur de la forêt domaniale de Chizé, aux portes de l'une des plus grandes Réserves biologiques closes d'Europe de l'Ouest. Premier parc animalier français a être certifié ISO 14001 (norme environnementale), ce parc animalier de faune sauvage européenne est aussi le premier site touristique et pédagogique du département. Une idée de visite pour les vacances !

Idées cadeau de dernière minute

Pour les enfants :
La Forêt, de Emmanuelle Grundmann, éditions Milan jeunesse
Mon Encyclo de la forêt de Alain Pontoppidan, éditions Milan jeunesse

Pour tous :
Guide de la forêt (milieu, faune, flore, 500 espèces des forêts d'Europe), de Eva et Wolfgang Dreyer, éditions Delachaux et Niestlé
La forêt redécouverte, de Claude Leroy, édition Belin
Forêt des Landes de Gascogne – une nature secrète, de François Sargos, photographies de Pierre Petit, éditions Sud Ouest
Si la forêt m'était comptée, film en DVD, Fifo-distribution
Twitter Suivez l'actualité du festival
sur
#FestivMenigoute
facebook Rejoignez-nous sur
notre page
Facebook